Partir étudier aux États-Unis

etudier usa

Pour beaucoup de jeunes, partir étudier aux États-Unis est un rêve d’enfant. Nourris par les séries américaines qui vantent les joies des campus et les découvertes scientifiques des laboratoires universitaires, ils cherchent rapidement le meilleur moyen de matérialiser ce désir.

Quelques astuces leur permettront d’éviter les pièges habituels afin que leur voyage ne se transforme pas en séjour linguistique.

Les bonnes raisons

Il existe de bonnes raisons d’étudier aux États-Unis. La principale est sans aucun doute la qualité des universités et des écoles américaines. Il suffit de consulter les classements annuels spécialisés pour s’en convaincre. L’Academic Ranking of University de Shanghai est une référence dans ce domaine ; il classe 8 universités américaines parmi les 10 meilleures au monde (Harvard, Stanford, Berkeley, MIT, Caltech, Princeton, Colombia, Chicago).

Le système américain permet aux universités de consacrer beaucoup de temps et de ressources à la recherche. C’est ainsi que la plupart des grandes découvertes scientifiques du pays ont été introduites par des universités. Les équipes sont constituées d’élèves particulièrement doués et de professeurs hyper compétents.

La qualité de l’enseignement repose aussi sur cette synergie entre les élèves et leurs enseignants. Les professeurs sont choisis selon les plus hauts critères de compétence ; cette sélection s’applique aussi aux élèves.

Combien ça coûte ?

Chaque année quelque 8000 jeunes Français partent étudier dans l’un des 4000 établissements des USA.

Le choix de cet établissement doit se faire en tenant compte de deux éléments principaux : la spécialisation et le coût. Le thème de la spécialisation n’est pas anecdotique, car aux États-Unis chaque université brille dans un domaine spécifique.

En ce qui concerne l’aspect financier, il faut savoir qu’une année dans une école publique américaine de niveau moyenne coûte 7 000 euros et que cela revient à 30 000 euros dans un établissement privé haut de gamme. La fourchette est donc très large.

Il faut ajouter à ces frais d’inscriptions les dépenses courantes. Comptez environ 400 euros pour une location, 200 euros pour l’alimentation, 50 euros pour le transport, 100 euros pour l’assurance et 200 euros pour les sorties. Soit approximativement 1000 euros par mois. Une année d’étude aux USA coûtera donc au minimum 20 000 euros et en moyenne près de 25 000 euros. Selon l’organisation US Journal of Academics, près de 80 % des étudiants français partant aux USA financent ce projet sur leurs fonds propres.

Les préparatifs

Ce voyage doit donc se préparer au moins un an au préalable. Car en partant dans le cadre d’un programme d’échange, il est possible d’annuler ces frais de scolarité. Le département des relations extérieures de l’établissement en France dispose de ces informations.

À partir du deuxième cycle d’études et jusqu’au Master, différents organismes proposent des bourses. C’est le cas de la commission Fulbright ou de l’association MICEFA (Mission inter-universitaire de coordination des échanges franco-américains), cette dernière mettant en contact les étudiants avec des établissements américains susceptibles de leur offrir une bourse.

Enfin, notez que l’obtention d’un Visa sera nécessaire. Selon la nature du séjour, différents types de Visas sont requis. Les étudiants doivent solliciter un Visa F ou M ; dans le cadre d’un échange, d’une formation ou d’un stage, il faudra un Visa J. Notez que le passeport français doit être impérativement être à lecture optique.

Il faut aussi être attentif aux salons et aux forums réalisés autour de ces thèmes tels que le QS World Grad School Tour.

En raison du rapport entre le nombre de postulants et les places proposées, la sélection est rude. Outre de bonnes notes dans les spécialisations, la maîtrise de la langue est un critère fondamental. Si votre niveau d’anglais n’est pas au top, prenez vite des cours personnalisés et si vous le pouvez tenter un séjour linguistique usa ce qui vous permettra de mieux vous préparer à l’accent américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

* Mentions obligatoires