Etudier à Rome

Rome

Pour la première fois, nous voici en Italie. Charlyne, étudiante en Arts du Spectacle, s’est prêtée au jeu de l’interview Erasmus. Depuis la faculté “La Sapienza” à Rome, elle nous fait partager sa vie Erasmus et ses rencontres avec des Italiens…pour certains particulièrement riches en humour !

Quelles furent tes motivations pour partir étudier à l’étranger ?

J’ai su en première année que la faculté offrait la possibilité d’aller étudier à l’étranger, cette idée me plaisait beaucoup mais je n’y pensais pas plus que ça, même en seconde année. C’est à la mi-décembre 2005, en troisième année, que je me suis dit : “et si j’allais voir quand se déroulent les inscriptions ?”.

Il se trouvait qu’elles étaient justement en cours ; j’ai ainsi rempli et rendu mon dossier en deux jours. Autant dire que je n’ai pas eu le temps de me poser de questions, j’ai foncé ! J’avais soudainement envie de découvrir autre chose, de me bousculer un peu peut-être, de sortir du confort de mon université, de ma langue… de partir à l’aventure !!

Pourquoi as-tu choisi d’étudier à Rome ?

J’ai des origines italiennes, donc j’avais envie de savoir parler cette langue que je trouve très belle ! Je fais du théâtre aussi, et je me disais que dans le pays de la “commedia dell’arte” je pourrai me faire plaisir. J’avoue que sur ce plan je suis un peu déçue…

Comment as-tu vécu ton arrivée ?

Pour ce qui est du logement je n’ai pas eu de problème, vu que mon père possède un appartement à une demi-heure de Rome. Cependant, plusieurs amis ont passé leurs premières nuits dans une auberge de jeunesse, ce qui est le plus avantageux pour des petits étudiants fauchés. 🙂

Le premier jour n’a pas été très facile (d’autant plus que je laissais mon copain) mais je me suis vite adaptée. J’avais une petite base d’italien, ce qui m’a aidé. Et pratiquer la langue est vite devenu quelque chose de motivant : c’est super d’apprendre à se débrouiller dans une langue étrangère !

As-tu eu du mal à trouver un logement ?

Et bien non… Vu que j’ai un appartement familial.

As-tu réussi à facilement te faire des amis ?

Assez facilement oui. Plusieurs soirées Erasmus ont été organisées par l’université et la ville de Rome, donc forcément ça crée des liens ! Cependant beaucoup sont Français, il est vrai. A côté de ça, il y a l’association Erasmus qui nous fait rencontrer encore d’autres personnes ; et puis d’autres étudiants pendant les cours aussi bien sûr.

Comment se passe la rentrée dans une nouvelle faculté et qu’est-ce qui t’a changé ?

Je suis à l’université “La Sapienza”, comme la plupart des Erasmus. Je ne connais pas le nombre exact d’élèves mais c’est une grande fac (la plus grande d’Europe apparemment).

La rentrée a commencé par un test d’italien (sympa l’accueil !) assez pénible, de par la mauvaise organisation (je confirme, les Italiens sont mal organisés !) et le temps passé à attendre mon tour pour l’oral. J’ai mis un temps fou à établir un emploi du temps correct, mais une fois dans le bain, on s’y fait !

Qu’est-ce qui t’a changé dans l’université de “La Sapienza” ?

Tout d’abord, le fait de choisir mes cours toute seule. Sans aucun repère, j’ai du choisir mes cours, et faire en sorte qu’ils ne se chevauchent pas (ce qui n’est pas toujours chose facile !). Aussi le fait qu’il n’y ait pas assez de place pour tout le monde dans les salles de cours.

Et bien sûr suivre mes cours en Italien. Au début ce n’est pas facile mais on s’y fait assez vite, surtout que les professeurs ,d’une manière générale, parlent assez clairement et assez lentement.

As-tu consulté un classement pour connaître la réputation de “La Sapienza” ?

Non, c’était la seule université proposée pour les étudiants partant à Rome avec Erasmus dans ma section : Arts du Spectacle.

Quel type de cours as-tu suivi ?

Un cours d’Italien obligatoire pour les Erasmus (le fameux test de langue du premier jour, qui sert à nous mettre dans un groupe de niveau pour ce cours) qui compte dans nos crédits, ainsi que des cours sur le théâtre.

Les conditions de vie à Rome sont-elles faciles ?

Économiquement, Rome n’est pas la ville la plus adaptée pour les étudiants, forcément vu que c’est une capitale ! Comptez à peu près 250 euros pour une chambre double et 350 pour une chambre simple par mois.

Au niveau des courses alimentaires, c’est vrai que c’est peut-être un peu moins cher qu’en France, mais dès que l’on veut boire un verre en terrasse, attention ! J’ai réussi à payer 2 tramezzini (sandwich triangulaire dans du pain de mie) 6 euros car j’étais assise en terrasse !

Sinon, les restaurants sont relativement bon marché : j’ai pu trouver un restaurant qui proposait une formule à 7 euros avec entrée, plat et boisson. Ce n’était pas mauvais du tout. Par contre, faites attention car ils ne comptent ni les couverts ni le service dans les prix… Il vous faudra aussi rajouter l’eau ; donc la note peut vite monter. Mais en général, même avec tout ça on s’en sort bien !

Les conditions météorologiques de Rome sont très agréables, on a eu un été indien jusqu’en novembre… L’hiver est beaucoup moins froid qu’en France, plus humide toutefois.

Quel plat recommandes-tu ?

Je recommande les “spaghettis alle vongole” (aux coques), j’en raffole ! Vous en trouverez dans quasiment tous les restaurants. Pensez aussi à goûter la Grappa (digestif très fort mais typique) et le limoncello, digestif à base de citrons (assez sucré).

Parle-nous un peu des Romains ?

Les Romains me font vraiment bonne impression ! Ils ont toujours été agréables jusqu’à maintenant, que ce soit pour une information, ou encore une petit discussion dans le bus, j’ai l’impression qu’ils sont très ouverts. Une personne a même appelé un ami pour nous indiquer la direction à prendre, car lui ne la connaissait pas !

J’ai toutefois rencontré des “cas particuliers” à la fac : en entendant que nous étions françaises, deux étudiants se sont approchés de mon amie et moi , et nous avons eu droit à : “Vous êtes françaises ? On vous met un coup de tête alors, il parait que l’on dit bonjour comme ça en France !” Oui oui très drôle…

Ils ont ensuite commencer à nous parler de la politique : “Moi ce qui m’énerve c’est que vous, les Français, vous êtes très forts pour nous casser du sucre sur le dos (bon j’adoucis un peu). Non seulement dans “Le Monde” vous êtes toujours en train de parler de Berlusconi, à dire que l’on était gouverné par un fasciste, mais vous avez bien fait passer le Pen au deuxième tour et c’est pas pour ça que l’on en parle dans le “Corrierre della serra” (journal). C’est bien facile de critiquer les autres…” bref une discussion très pénible car ils nous ont un peu craché leur venin… Mais ça a été la seule fois.

Le truc à faire à Rome ?

Et bien : se promener, et pour ça j’adore le “Trastevere”, un petit quartier avec plein de petites rues, très mignonnes pleines de lierre et de lumière la nuit ! J’aime vraiment ce quartier ! C’est une ville pleine de verdure, c’est vraiment agréable !

As-tu une information, un avertissement essentiel à formuler à un étudiant français avant qu’il ne s’envole pour Rome ?

D’après moi, les choses nécessaires à faire dès son arrivée à Rome : aller voir sa responsable Erasmus Italienne, faire les démarches pour son code fiscal, et aller s’inscrire à l’Association Erasmus. Je ne parle pas du logement, ça semble évident ! Et bien sûr, mettez-vous en tête que de cette année, vous allez vous en souvenir très longtemps !

Merci Charlyne ! Pour toute question, vous pouvez lui poster des commentaires et nous lui ferons suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

* Mentions obligatoires