Dépendance ERASMUS

erasmus

Y a-t-il des étudiants Erasmus qui n’ont pas été perturbés une fois rentrés de leur semestre ? Voici un phénomène dont on parle peu mais qui est portant récurrent. Chaque année vous partez nombreux vers de nouveaux horizons, des terres inconnues où vous aurez tout à construire et où vos proches ne pourront guère vous aider.

Des débuts difficiles aux coups de blues ; vous trouverez le réconfort, combiné à la main, dans la voix de vos parents.

Une fois les débuts oubliés, ce sont eux, les étudiants étrangers de pays différents, qui vous écouteront. Ils deviendront rapidement votre famille et combleront le vide des amis français. Puis un climat de fête et de joie sera votre quotidien.

Mais lorsque vous rentrerez en France attendez-vous à vivre une période de transition. Une fois à l’aéroport le jour de votre retour, vous prendrez conscience que ça y est, cette expérience unique à l’étranger est arrivée à sa fin. Vous verrez vos derniers mois défiler sous vos yeux et vous vous direz que tout est allé si vite…

Céline revient sur son retour de Cambridge à la fin de son année Erasmus. « Une fois à l’aéroport, les larmes aux yeux, je me suis dit c’est déjà terminé. J’ai pris conscience que c’était le retour au train-train quotidien. En arrivant en France j’étais perdue, je ne savais pas quoi faire. »

Les premiers jours sont déboussolants, vous tournez en rond et cherchez vos repères. Ceci mêlé à la nostalgie des fêtes Erasmus, des bons souvenirs entre copains de semestre. Autant dire que le retour à la réalité est difficile. Chacun vit ce clash à sa façon mais est-ce le cas pour tous ?

Rassurez-vous après quelques jours les occupations du quotidien auront repris le dessus et vos souvenirs ERASMUS seront sagement rangés dans un coin de votre tête (ce qui ne les empêcheront pas de ressortir fréquemment !). A quand le prochain départ ?

Quelques commentaires laissés par d’anciens étudiants Erasmus :

Elodie :

Bonjour,
Je viens tout juste de lire cet article sur le “passage difficile” du retour d’erasmus.. Moi je tiens a dire aussi qu’après 10 mois a Birmingham le retour à été un enfer! Je comptais les derniers jours avant de partir, la dernière nuit je n’ai pas pu dormir, au réveil je me suis vraiment rendu compte que c’était le dernier des derniers ici.. C’est encore plus dur quand on quitte un ou une amoureuse rencontré là bas..!
Et puis l’attente interminable à l’aéroport, pendant laquelle on est à deux doigts de faire marche arrière, de repartir chez soi et DE RESTER!!

Et effectivement les premiers jours de retour en France, le 1er réveil surtout, on se demande où on est un peu, on a perdu tous nos repères, même notre maison nous semble quelque part un peu étrangère..Et puis si on trouve une occupation très vite , un travail ou autre, on reprend assez vite le rythme, tout en y pensant tous les jours.. Et puis on y pense moins au fur et a mesure..

Je parle de mon expérience a moi, car ce qui m’a aidé c’est de travailler pour la saison d’été a peine 5 jours après mon retour, mais je sais que des amis n’ont pas tenu le coup et sont repartis des le mois de septembre.. Chacun vis cette transition différemment, plus ou moins bien..

Mais le plus important c’est de ne jamais oublié ce qu’on a vécu là bas…

Nicolas :

Bonjour,

C’est assez étrange car je suis tombé sur cet article un peu par hasard et je n’ai pas pour habitude de laisser des messages sur le net mais étant actuellement en erasmus en Norvège, je n ai pu m empêcher de laisser mes impressions sur ce site.. je pense aussi que le retour sera un peu difficile, car tout ce que l on vit quand on est étudiant erasmus est tellement intense… on reconstitue une famille, on décide de prolonger le séjour quelques temps ( je devais partir mi juin et ai finalement décidé de rester jusqu’à fin juillet ) et on appréhende vraiment de quitter ceux qu on a découvert ici.. bref cela me fait un peu de soucis.. de reprendre la vie normale, de retravailler dur après..mais je me dit aussi que ce n’est qu une parenthèse qui nous permet de mûrir et de penser différemment.. et que rien nous empêche de refaire l expérience par la suite.. si je repasse par la a mon retour je vous dirais..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

* Mentions obligatoires