Etudier à Madrid

Madrid

C’est avec plaisir que Nadine nous raconte son année passée à l’université de Madrid. Elle nous décrit ses anecdotes, son expérience acquise tout au long de cette année.

Quelles furent tes motivations pour partir étudier à l’étranger ?

Etant donné que je faisais des études LEA (langues étrangères appliquées) l’idée de partir étudier à l’étranger était toute naturelle et une véritable nécessité.

Où peut-on mieux apprendre une langue que dans le pays qui la parle ? Et puis, évidemment, il y a toujours l’envie de découvrir autre chose, un autre pays, une autre culture, d’autres gens.

Pourquoi as-tu choisi d’étudier en Espagne ?

J’ai choisi l’Espagne parce que c’était l’une des deux langues que j’apprenais et il fallait bien choisir !

Comment as-tu vécu ton arrivée ?

Très bien. Je n’ai pas eu de problèmes majeurs, genre perte de bagage, puisque mes parents m’avaient gentiment amenée en voiture.

Les premiers jours ça fait toujours un peu bizarre d’être dans un nouvel endroit que tu ne connais pas du tout mais l’adaptation se fait rapidement.

As-tu eu du mal à trouver un logement ?

Le logement ça n’a pas été compliqué car j’avais déjà des connaissances à Madrid. Mais même sans ça c’est très facile de trouver un logement là-bas en colocation.

Il y a des annonces un peu partout sur les abri-bus, sur les panneaux d’affichage des facs, dans certains petits commerces (du type locutorio), on peut aussi acheter le Segundamano qui a toujours des annonces de ce type

As-tu réussi à facilement te faire des amis ?

Oui et non, des amis espagnols pas vraiment (il faut dire que j’étais un peu dans une université de bourgeois et c’est pas trop mon style…) par contre il y avait un très bon contact avec les autres étudiants Erasmus.

Entre étrangers on a fait pas mal de sorties et je peux dire que je me suis vraiment bien amusée, j’ai bien profité de mon année là-bas !

Comment se passe la rentrée dans une nouvelle faculté ?

A la Nebrija ça commence par une petite journée de briefing sur les habitudes espagnoles (afin d’éviter que tu te pointes vers 15h faire du shopping sinon tu feras chou blanc…eh oui ! c’est l’heure de la sieste !) où tous les étudiants étrangers sont conviés et ensuite il faut choisir les matières à étudier (mais ils autorisent des changements durant 2 semaines) ; tout ça avec jus de fruits, biscuits apéritifs ou viennoiseries pour nous souhaiter la bienvenue.

Les jours suivants les cours commencent et là on est tous mélangés : espagnols et Erasmus confondus.

Qu’est-ce qui t’a changé dans l’université de La Nebrija ?

L’équipement ! Je suis passé soudainement des présentations avec transparents au Powerpoint, c’est quand même autre chose ! Et aussi le fait de tutoyer tes profs et de les appeler par leurs petits noms…

As-tu consulté un classement pour connaître la réputation de la Nebrija ?

Pour dire la vérité, non. Quand j’ai su que je partais c’était tout ce qui m’importait ! Je suis quand même allée sur le site Internet de la fac pour voir un peu comment c’était et où ça se trouvait.

Quel type de cours as-tu suivi ?

Des matières qui s’apparentent à mon cursus en France :

  • Economie espagnole
  • traduction espagnol-anglais
  • marketing
  • anglais des affaires

Les conditions de vie à Madrid sont-elles faciles ?

C’est généralement moins cher qu’en France, bien que plus cher que les autres villes espagnoles. Le logement est cher à Madrid alors la colocation s’impose…

Il fait plus chaud qu’en France… ce qui ne veut pas dire que l’on se promène en maillot de bain toute l’année, donc il ne faut oublier un gros manteau et des pulls en hiver ! (surtout si vous allez à l’université de la Nebrija où il fait toujours 2 ou 3 degrés de moins qu’à Madrid même…)

Socialement, vous n’aurez pas de problèmes. Les espagnols sont plutôt accueillants, petite nuance toutefois, qui n’est peut-être qu’une coïncidence, mais moi et une de mes copines (qui n’avait pas le même docteur) avons été assez déçues par les soins des médecins : une visite médicale dure 2 minutes le temps de rentrer, décrire tes symptômes au médecin et une ordonnance est faite.

Merci et au revoir, pas d’auscultation, rien, à ce qu’on m’a dit il faut râler un peu pour qu’il s’occupe de toi ou alors prendre un médecin privé…

Quel plat recommandes-tu ?

A manger : la paella évidemment, et pour ceux qui aiment les fruits de mer, le calamar avec son encre (calamar en su tinta) accompagné de riz… mais il y a beaucoup de spécialités espagnoles et c’est difficile de choisir, en plus je ne les connais pas toutes, loin de là !

A boire : il faut goûter la horchata bien fraîche (spécialité de Valencia si je ne me trompe pas), vous ne finirez pas ivre c’est une boisson sans alcool totalement naturelle (provient d’un tubercule)… soit on déteste, soit on adore, et moi j’adore !

Parle-nous un peu des espagnols ?

Ils sont en général bien plus bruyants que les français mais aussi plus chaleureux et accueillants. Il ne faut pas être surpris par le nombre d’injures proférées à la minute. Mais sinon il n’y aura pas vraiment de grand choc culturel.

Le truc à faire à Madrid ?

C’est un peu difficile de dire « Le » truc à faire à Madrid parce qu’il y a pas mal de choses à faire… et ça dépend un peu des goûts de chacun.

Pour ceux qui aiment aller aux musées, il y a 3 musées d’art très proches les uns des autres : le Prado, le Reina Sofia, le Thyssen Bornemiza…

Pour ceux qui aiment les sorties nocturnes, tous les jeudis soirs c’est soirée Erasmus au Palacio de Gaviria (metro Sol) avec entrée gratuite jusqu’à minuit, là une fois déposé les vêtements au vestiaire tu te mets l’autocollant de ton pays pour qu’on sache d’où tu viens (authenticité pas assurée car en fait tu choisis l’autocollant que tu veux, donc aujourd’hui tu peux être Française et dans deux semaines Chinoise !!!). Pour ce qui est des boîtes et bars, Madrid en regorge donc, il n’y a que l’embarras du choix !

Si tu as envie de voir une corrida il faut aller à la Plaza de toros (metro Ventas) et pour les amateurs de foot être aux aguets pour savoir si un match de foot est prévu au stade Santiago Bernabeu (perso j’y suis jamais allée mais bon…).

Merci à toi, Nadine ! Pour toute question, vous pouvez lui poster des commentaires et nous lui ferons suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

* Mentions obligatoires